Ma photographie tend vers la figure de l’haïku.

Elle se loge brièvement dans les interstices de la réalité, du temps suspendu et propose une mise en scène qui tend vers la métaphore.

Elle existe dans ce qu’elle montre et aussi dans ce qu’elle ne montre pas, sans craindre l’ellipse et en recourant à l’appel au hors champ.

Dans l’exercice du portrait, ma démarche consiste à rendre visible l’empreinte laissée par le modèle, à travers son geste, sa posture et sa manière de s’approprier son espace. Je m’efforce de saisir la fugacité des postures, qu’elles soient des visages ou des corps, ouvrant une porte sur la psyché des êtres qui sont les objets de mon travail.

Fil rouge de cette création photographique, l’image est bousculée par le recours au contrepoint et vient souligner la fragilité du sujet.
Chaque photographie est la trace d’une évocation, le paradoxe de l’évanescence de la fleur et de l’éternité de son souvenir.

Les images sont ainsi autant d’intentions données à voir, de mises en scène d’émotions, de climats, de paysages et de météorologies
de sentiments.


Élisa

 

 

Élisa Haberer est une photographe française d’origine coréenne.

Diplômée de l’université Lumière de Lyon 2 en photographie et en ethnologie,
elle dédie son mémoire de fin d’études à l’album de famille.
Son travail prend ancrage dans une approche intimiste du documentaire.
Elle s’intéresse aux gens, à leurs représentations, à leurs mythologies individuelles, en réalisant des portraits d’eux, des paysages qui les racontent, en soulevant des questions liées à l’identité et à la mémoire.
Son écriture est influencée par la peinture impressionniste, la couleur est là pour souligner une forme, un geste, une impression, un sentiment.

En 2013, elle réalise son premier film documentaire « My Lucky Bird », le journal intime d’une jeunesse chinoise racontée par trois jeunes pékinoises au moment où leur vie va changer.
En 2017 elle publie « Les Couleurs des Tumuli ».
Ce livre est le premier volet d’une trilogie qui questionne l’aller-retour entre la mémoire et l’actualisation du souvenir par l’image photographique.

Elle collabore avec de nombreux magazines et quotidiens (6 Mois, le Monde, Elle, Géo magazine, Paris Match, le magazine L’Équipe, Courrier International, Le Monde, Télérama, Time, New York Time, The Guardian…), des marques et des institutions culturelles.


Elle a vécu 7 ans en Chine, à Pékin.
Aujourd’hui, elle vit et travaille à Paris.


 

COMMANDES

Reportages (images et textes), portraits
Le Monde, M, Geo Magazine, Time Magazine
Elle, Le magazine L’Équipe, Paris Match, L'Express 2002-2021

Photographe de l’Opéra National de Paris
(productions lyriques, portraits des distributions, de la Direction) 2009-2021

Photographe  du Ministère de la Culture 2014-2020

Campagnes publicitaires Speedo France, UGG,
Première Vision Paris, AROP 2013-2020

FILMS, EXPOSITIONS

Mémoires d’une perception
Photographies 2021

La maison de Bourgogne
Photographies 2020-2021

Film My Lucky Bird. 52’, 2013 ; Paris,
Havas Productions, Public Sénat TV

Exposition Moi, par l’Autre, Pékin, 2009, Ambassade de France (Chine), Havas Média

ÉDITION

Les Couleurs des Tumuli, Paris,
Atelier des Cahiers, “Collection Images”,2017,125 p.

Le Siècle des Femmes, Paris,
Les Arènes, “6 Mois”, 2014, 322 p.

One night in Beijing, Beijing,
True Run Media, Immersion guides, 2007, 232 p.



ENSEIGNEMENT

Chargée de cours Sémiologie de l’image
et Stratégie Médias et Communication L2/L3
CY Cergy Paris Université 2018-2020

email : elisahaberer@gmail.com

portable (+33) 06 22 57 32 36


Using Format